formation

En 1991

Le monde du travail salarié: une route semée d’embûches

Les femmes revendiquaient:

  • des possibilités réelles de formation, de perfectionnement, de recyclage et de promotion professionnels.

En 2011…

Egalité dans l’éducation et la formation

Changer les représentations transmises dès le plus jeune âge relève de la socialisation, et donc du rôle des familles mais aussi des personnes professionnelles chargées de la petite enfance, de l’éducation et de l’enseignement.  Il est essentiel d’intégrer dans les formations concernées une approche spécifique sur les questions de genre et des outils pédagogiques adaptés. Il faut donc former l’ensemble des enseignant-e-s, à tous les niveaux, à détecter l’influence normative du genre en classe, sans pour autant réduire les élèves à leur sexe.

La sous-représentation d’un sexe ou l’autre dans les différentes filières professionnelles ou de formation est un des effets patents de la différenciation sexuelle, que seul un travail transversal impliquant tant les enseignant-e-s que les instances d’orientation scolaire et professionnelle pourra atténuer.

L’égalité dans l’éducation et la formation, c’est également la représentation des deux sexes parmi les enseignant-e-s, à tous les niveaux hiérarchiques.

Enfin, c’est de lutter contre la violence sexiste à l’école, qu’il s’agisse d’insultes adressées aux filles parce qu’elles ne tiennent pas la place qu’on veut leur assigner, ou des insultes homophobes adressées à des garçons qui ne semblent pas suffisamment virils.

Egalité dans les représentations

L’égalité entre les femmes et les hommes ne pourra se réaliser qu’à travers un changement profond des représentations genrées. C’est certes une mission éducative et si le premier travail doit porter sur l’éducation et la transmission de valeurs dès le plus jeune âge, c’est aussi un travail continu sur les représentations féminines et masculines véhiculées dans nos sociétés, à travers les discours et les images et en particulier ce qui est médiatisé et publicisé. L’égalité réelle nécessite la fin des stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires, la publicité, les médias.

  • Egalité dans l’éducation et la formation

Changer les représentations transmises dès le plus jeune âge relève de la socialisation, et donc du rôle des familles mais aussi des personnes professionnelles chargées de la petite enfance, de l’éducation et de l’enseignement.  Il est essentiel d’intégrer dans les formations concernées une approche spécifique sur les questions de genre et des outils pédagogiques adaptés. Il faut donc former l’ensemble des enseignant-e-s, à tous les niveaux, à détecter l’influence normative du genre en classe, sans pour autant réduire les élèves à leur sexe.

La sous-représentation d’un sexe ou l’autre dans les différentes filières professionnelles ou de formation est un des effets patents de la différenciation sexuelle, que seul un travail transversal impliquant tant les enseignant-e-s que les instances d’orientation scolaire et professionnelle pourra atténuer.

L’égalité dans l’éducation et la formation, c’est également la représentation des deux sexes parmi les enseignant-e-s, à tous les niveaux hiérarchiques.

Enfin, c’est de lutter contre la violence sexiste à l’école, qu’il s’agisse d’insultes adressées aux filles parce qu’elles ne tiennent pas la place qu’on veut leur assigner, ou des insultes homophobes adressées à des garçons qui ne semblent pas suffisamment virils.

Panorama Theme by Themocracy